dimanche 26 octobre 2008

Bondieuseries du dimanche (8) ...


Découvrez Bob Dylan!




Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Madone à l'enfant, v. 1404-1405


Fables

Les histoires que débitent toutes les religions de la terre sont des fables ou des contes à dormir debout ; il n'y a que les contes de la bible qui soient des vérités. Quiconque n'est pas curieux d'être jeté dans la chaudière éternelle doit les prendre pour des histoires véritables.

Fagots

Conter des fagots c'est raconter des fables ; l'église a des fagots dont elle se sert pour répondre aux difficultés que les mécréants opposent aux fagots qu'elle leur conte.



Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Ange, v. 1500-1501


Familiers

Nom que l'on donne en Espagne et en Portugal à des seigneurs distingués, qui, par humilité, se font les espions, les délateurs, les alguazils de la très sainte inquisition.

Fanatisme

Rage sainte ou contagion sacrée, propre au christianisme surtout, dont se trouvent saisis les bons chrétiens qui ont le sang très brouillant et le crâne bien fêlé : cette maladie se gagne par les oreilles ; elle résiste également au bon sens et aux remèdes violents ; les bouillons, les bains, ou les petites maisons en sont les spécifiques assûrés.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Sainte Catherine d'Alexandrie

Fardeau

Le fardeau du seigneur est léger. Ce sont les prêtres qui nous le font porter pour eux, ce qui les empêche d'en être fatigués : ou plutôt ce sont les prêtres qui, suivant Jérémie, sont le fardeau du seigneur.

Fatalisme

Système affreux qui soumet tout à la nécessité, dans un monde réglé par les décrets immuables de la divinité, sans la volonté de laquelle rien ne peut arriver. Si tout était nécessaire, adieu le libre arbitre de l'homme, dont les prêtres ont si grand besoin pour pouvoir le damner.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Portrait du pape Léon X avec ses cousins, les cardinaux Giulio de' Medici et Luigi de' Rossi ;

v. 1518-1519

Femmes

Le christianisme n'est rien moins que poli envers les jolies femmes, il n'en fait cas que quand elles sont laides ou surannées. Celles qui n'ont pas de quoi plaire au monde sont très agréables à Dieu et très bonnes pour ses prêtres ; les bégueules servent grandement la religion, leur confesseur et leur curé, par leurs saints caquets, leurs saintes cabales, leurs saintes criailleries, et surtout par un saint entêtement pour ce qu'elles n'entendent pas.

Fêtes

Jours sagement destinés par l'église à une sainte oisiveté, qui est toujours favorable à la dévotion. Pendant les fêtes un artisan ne peut sans crime travailler à gagner du pain, mais il ne tient qu'à lui de s'enivrer à la courtille, quand il en a le moyen ; ce qui fait un grand bien à son âme ou à la ferme des aides ; cependant le parti le plus sûr est de passer la journée à bailler aux corneilles.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Madone et Saint Jean Baptiste devant le christ, v. 1510-1517

Feu

La religion chrétienne est une religion de feu. Les bons chrétiens doivent brûler sans cesse de l'amour divin, les prêtres doivent brûler de zêle, les princes et les magistrats doivent passer tout leur temps à brûler des hérétiques ou des mécréants, enfin les bourreaux devraient sans cesse brûler des livres au pied du grand escalier du may.

Feuille des bénéfices

C'est le baromètre de la foi du clergé de France. Il est sujet à varier depuis quelque temps ; à l'égard du thermomètre de la foi il est presque toujours à la cour au terme de la glace.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Le christ bénissant

Fidèles

Ce sont les bons chrétiens fidèlement attachés à Dieu, c'est-à-dire à ses prêtres, envers et contre tous. Les fidèles, comme on sait, ne doivent être fidèles à leurs princes que quand les princes eux-mêmes sont fidèles à l'église, c'est-à-dire, bien soumis à leurs prêtres.

Figures

Types, allégories, façons obscures de s'exprimer, très familières à l'esprit-saint, qui n'a jamais voulu parler trop bon français à ceux qu'il voulait illuminer ; le tout pour fournir aux docteurs de l'église l'occasion de nous montrer leur étonnante sagacité.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Saint Sebastien, v. 1500-1501

Filiale

La crainte filiale est mêlée d'amour, c'est celle que tout chrétien doit avoir pour un dieu d'assez méchante humeur, qui est son très cher père, et pour la sainte église sa maman, qui n'est point la commère la plus aisée de ce monde.

Fils de Dieu

C'est la même chose que le fils de l'homme ; le fils de l'homme c'est la même chose que le dieu son père, et dieu son père est la même chose que son fils et que son saint-esprit. Ce langage peut paraître du galimatias à ceux qui n'ont point de foi, mais la Sorbonne n'y voit rien de fort embarrassant.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Madone à l'enfant, 1514


Financiers

Ce sont les publicains du nouveau testament ; à l'exception du trésorier du clergé, ils seront tous damnés, à moins que des prêtres charitables ne les débarrassent d'une portion du mammon d'iniquité.

Flagellations

Saintes et salutaires fessées que se donnent les chrétiens les plus parfaits dans la vue de mortifier la chair, de rendre l'esprit gaillard, et de mettre en goguettes le père des miséricordes, qui rit dans sa barbe divine toutes les fois qu'on lui montre un derrière ou un dos bien et duement étrillés.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; la sainte famille, 1518


Foi

C'est une sainte confiance dans les prêtres, qui nous fait croire tout ce qu'ils disent, même sans y rien comprendre. C'est la première des vertus chrétiennes ; elle est théologale, c'est-à-dire utile aux théologiens ; sans elle point de religion, et partant point de salut. Ses effets sont de plonger dans un saint abrutissement accompagné d'un pieux entêtement, et suivi d'un profond mépris pour la raison profane. On sent que cette vertu est très avantageuse à l'église ; elle est la suite d'une grâce surnaturelle que procure l'habitude de déraisonner ou la crainte de se faire de méchantes affaires. D'où il suit que ceux qui n'ont point reçu cette grâce ou qui n'ont point eu l'occasion de contracter cette sainte habitude ne sont d'aucune utilité pour les prêtres et par conséquent ne sont bons qu'à jetter à la voirie. La foi du charbonnier, c'est celle que professent tous les chrétiens sincères : elle consiste à croire tout ce que croit Mr le curé ; et ce que croit Mr le curé, c'est ce que ses paroissiens s'imaginent de croire sur la périlleuse parole de Mr le curé.

Folie

Les bons chrétiens se glorifient de la folie de la croix. Rien n'est plus contraire à la religion et au clergé qu'une tête sensée et raisonnable ; elle n'est jamais bien propre à la foi, ni assez susceptible de ferveur ou de zèle. Les musulmans ont du respect pour les fous, et parmi les chrétiens les plus grands saints sont évidemment ceux qui ont eu la cervelle la plus dérangée.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Christ en croix, 1502


Fondations

Revenus accordés à des prêtres et à des moines pour les faire bien boire, bien manger, bien chanter et bien végéter ; le tout pour que les vignes de ceux qui n'ont pas le loisir de chanter ne fussent point grêlées : ce sont les prêtres, comme on voit, qui font la pluie et le beau temps sur la terre.

Force

Vertu très nécessaire au soutien de la foi et à la prospérité de l'église. Elle consiste dans le clergé à forcer par toutes sortes de moyens ceux qui sont opiniâtres, à penser comme lui. Dans les laïques elle consiste à résister avec rigueur aux suggestions du bon sens, qui pourrait les damner, et à porter avec constance le joug des prêtres du seigneur.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Anges ( détail) ; Chapelle Sixtine, v. 1513-1514


Foudres de l'église

C'est l'artillerie spirituelle ; elle est composée de mortiers et de canons intellectuels, que les chefs de l'église ont le droit de pointer contre les âmes de ceux qui ont la témérité de leur déplaire. Cette artillerie métaphysique ne laisse pas de blesser les corps, quand elle est soutenue par l'artillerie physique qui se conserve dans les arsenaux des princes séculiers.

Fraudes pieuses

Ce sont de saintes friponneries, des mensonges religieux, des impostures dévotes dont le clergé se sert très légitimement pour nourrir la piété du vulgaire, pour faire valoir la bonne cause, pour nuire à ses ennemis, contre lesquels, comme on sait, tout est permis.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; mise au tombeau, 1507


Frelons

Insectes malfaisants et paresseux, qui ôtent aux abeilles leur miel et qui portent le trouble dans la ruche où l'on travaille. v. Dîmes, Prêtres, Moines, Vampires.

Frères

Tous les chrétiens sont frères ; c'est-à-dire, sont en querelle pour la succession de monsieur leur père, dont le testament est devenu fort obscur, graces aux frères théologiens. Rara est concordia fratrum.


Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Transfiguration


Fripons

Voyez Prêtres, Jongleurs, Voleurs, comédiens, etc.

Froc

Habit sacré, réservé pour les moines, qui sont des hommes de Dieu. Par un miracle étonnant le froc leur communique le don de continence dès qu'ils l'ont endossé. Nous en avons la preuve dans le chien de Mr De Maulevrier, dont parle l'ami Rabelais.

Paul Henri Thiry d’Holbach (1723-1789) ; Théologie portative ; Dictionnaire abrégé de la religion chrétienne, 1768



Raffaello Sanzio (Raphaël), (1483-1520 ) ; Madonna della Seggiola, v. 1513-1514

2 commentaires:

lukaskran a dit…

Quand il n'y en a plus, il y en a encore... Forcément, avec toutes ces âmes qui se baladent partout...

M. Ogre a dit…

... Berkkkk ... les âmes ...
Je vote pour la libération des i-celles ... (... et quand je dis je vote ... c'est juste pas le fond de ma pensée)