jeudi 7 février 2008

Histoire de Rishyashringa...




Rishyashringa est le fils d'un ascète farouche : il vit dans la forêt et n'a jamais vu de femmes. Pour l'amener dans sa capitale et profiter de ses mérites, le roi lui envoie sa fille. Le jeune ascète la prend pour un confrère, un peu particulier, et en est immédiatement séduit. Voici comment il la décrit à son père :








Un novice est venu ici, aux cheveux longs,
Ni trop petit, ni trop grand. Il était jovial,
Il avait une carnation délicate, de grands yeux de lotus
Et il était orné comme un enfant des dieux.





Il était très beau, il resplendissait comme le soleil.
Colombe, ses yeux noirs tranchaient sur son teint pâle.
Ses beaux cheveux, bleu nuit, longs et parfumés,
Etaient noués d'une cordelette dorée.





A son cou, il portait un collier
Brillant comme l'éclair dans le ciel.
Au dessous, deux boules de chair lisse
Etaient un ravissement pour l'esprit.





Sa taille était très mince à hauteur du nombril
Et ses hanches excessivement larges.
Son vêtement, comme le mien, était noué d'une ceinture,
Mais la sienne était d'or, et brillait !




Une autre merveille admirable chez lui :
A ses deux pieds, un tintement lumineux,
A ses deux mains des ceintures attachées,
Cliquetantes comme un collier de prière.




Quand il remuait, ses ceintures bruissaient
Comme crient les oies joyeuses sur l'étang.
Ses vêtements admirables, étonnants,
N'avaient pas du tout l'aspect des miens.




Et sa bouche, admirable, étonnante,
Quand elle parlait, réjouissait le coeur.
Sa voix ressemblait à celle du rossignol.
L'écouter me bouleversait profondément !





Et comme la forêt au milieu du printemps
Exhale ses odeurs dans la caresse du vent,
Il répandait de très suaves parfums
Quand la brise le frôlait, ô père.




Divisés en deux parts égales, bien ordonnés,
Ses cheveux luisaient sur son front,
Et ses oreilles étaient dissimulées
Sous de magnifiques cercles de couleur.




Il frappa alors de sa main droite
Sur un objet rond comme un fruit, bariolé,
Et cette chose étrange, dès qu'elle touchait terre,
Rebondissait bien haut vers le ciel.





Il la frappait, et tournait sur lui-même
Comme un arbre se balance et s'incline sous le vent.
Je le voyais comme un enfant des immortels !
Une joie et un plaisir extrême naissaient en moi !





M'ayant enlacé, il saisit mes cheveux
Et inclina mon visage vers le bas.
Sur ma bouche, il posa sa bouche
En faisant un bruit. Je me sentais heureux !



Il ne fit aucun cas de l'eau pour les pieds
Ni des fruits que j'avais cueillis.
"Je suis d'un autre rite !" - me dit-il
Et il m'offrit d'autres fruits inconnus.




Les fruits que j'avais rassemblés
N'avaient pas la même saveur que les siens,
Et leur peau même était bien différente.
Ils n'avaient pas du tout les mêmes noyaux !




Cet aimable garçon me donna à boire
Des liquides très savoureux.
Je les bus, et une joie sans égale
M'envahit. La terre semblait bouger.



Il jeta ici ses guirlandes colorées,
Parfumées, attachées avec des lanières,
Puis vers son ermitage il partit,
Resplendissant de ses mérites.



Depuis qu'il est parti, je suis malheureux
Comme si mon corps me brûlait de partout.
Je voudrais vite le rejoindre,
Ou que, pour toujours, il revienne ici.



Je pars le rejoindre, ô père !
Comment s'appelle son rite ?
Je désire le pratiquer avec lui
Puisque son ascèse a des pouvoirs si terribles.


Histoire de Rishyashringa (Rishyashringopakhyânam)
Mahâbhârata, Livre III - 110 à 113




11 commentaires:

mouetterieuse a dit…

"S'abandonnant au flot passionné
Montant et griffant,
Faisant sourdre un intense plaisir
Lacérant leurs corps avec ardeur,
Ils mettent fin à l'illusion
Dans cette dissolution de la dualité,
Par le goût du désir
Pendant l'expérience de l'identité,
Les amants goûtent à un plaisir
Inexprimable et jamais encore touché."

(Ecrit au VIIIe siècle, poème tantrique du Nord de l'Inde, d'une femme yoginî)

(La grande figure du tantrisme, c'est le dieu Shiva, inséparable de la déesse Shakti (dont le nom veut dire énergie), à la fois son épouse et sa dimension féminine)

(philosophie et cosmogonie autrement plus parlantes et plus agréables que la représentation d'un supplicié...)

link886 a dit…

Sans queue...tout est relatif...

M. Ogre a dit…

...Mais si tout devait être agréable dans ce bas-monde... ça se saurait... Et puis la dualité Éros/Thanatos, on n'en sort jamais vraiment... C'est l'amour vache en quelque sorte...

Pour le reste, je crois plutôt que la compagne/dimension féminine de Shiva c'est... Parvati....
Shakti est l'épouse d'Indra, Dieu du Paradis...

"Pârvâti est la fille du sage Nârada qui souhaite la voir épouser le dieu Shiva. Il l'envoie donc à sa rencontre, mais Shiva, absorbé dans sa méditation, ne lui prête aucune attention. Cependant, Brahma informe les dieux que seul le fils que donnera Pârvâti à Shiva pourra leur permettre de retrouver le ciel d'où ils ont été chassés par le démon Târaka.

Les dieux envoient alors Kâma, dieu du désir, planter sa flèche d'amour sur Shiva. Il est blessé par sa flèche mais, furieux, brûle Kâma de son troisième œil et retourne à sa méditation.

Pârvâti décide alors de pratiquer l'ascèse pour conquérir le cœur de Shiva. Un jour, passe devant elle un brahmane qui se moque de son vœu d'épouser Shiva et de Shiva en personne. Elle réplique qu'elle aime le dieu et se bouche les oreilles. Au même instant, le brahmane reprend sa vraie forme, celle de Shiva, et lui dit qu'il est touché par sa dévotion. Ils se marient alors. Pârvâti conçoit ensuite Ganesh seule et Shiva le reconnaît pour fils."

mouetterieuse a dit…

En fait, je parlais plus spécialement d'une branche de l'indhouisme, apppelée tantrisme.

Dans le tantrisme, la Shakti (appelée également la Maya) est la puissance parèdre de Shiva et leur union est en quelque sorte le big-bang qui permet à l'univers d'exister (très grossièrement résumé).

Cela n'empêche pas qu'en hindouisme plus courant, Parvâti puisse être le nom d'une des (nombreuses) épouses du dieu Shiva.

lukaskran a dit…

Ceci dit, je dirais même plus qu'il y a en général plus souvent une queue pour deux têtes...

M. Ogre a dit…

Alors là, évidemment... que vu du strict point de vue du tantrisme, vous avez absolument et indéniablement raison, bien chère Mouette... Mes respectueux hommages !!!
Bon !!! le linguam c'est bon !!!Reste à placer le yoni...
Courage l'Ogre...

M. Ogre a dit…

...Lukaskran... Attention à ne pas prendre la grosse tête !!! Ni de savoir où donner de celle-ci...

elbereth a dit…

Pour répondre à la reflexion de Lukaskran, je dirais plutôt que c'est bien souvent sans tête...

PetitChap a dit…

Faites attention, Maître Ogre, ce blog devient de moins en moins fréquentable pour les jeunes gens ...

M. Ogre a dit…

...L'Art ignore l'âge, aimable hôtesse, c'est un principe de l'âme...

lukaskran a dit…

Demandez à Sindbad !...