dimanche 28 septembre 2008

Bondieuseries du dimanche (7) ...





Texte de la Danse macabre de Guyot Marchant
Édition du 7 juin 1486, Bibliothèque nationale, Rés. Ye 189.

O créature roysonnable
Qui désires vie eternelle.
Tu as cy doctrine notable :
Pour bien finer vie mortelle.
La dance macabre sapelle :
Que chascun a danser apprant.
A homme et femme est naturelle.
Mort nespargne petit ne grant

Le premier mort

Vous par divine sentence
Qui vives en estatz divers
Tous : dauseres ceste danse
Unefoys. et bons : et pervers.
Et si seront menges de vers
Voz corps. Hélas : regardez nous
Morts. pourris. puans. descouvers
Comme sommes : telx serres vous.

Le second mort

Dictez nous par quelles raisons
Vous ne penses point a rnorir
Quant la mort va en voz maisons
Huy lung : demain lautre quérir. .
Sans quon vous puisse secourir
C'est mal vivre : sans y penser
Et troup grant danger de périr.
Force est quil faille ainsi danser.

L'acteur

En ce miroer chascun peut lire
Qui le convient ainsi danser..
Saige est celuy qui bien si mire.
Le mort le vif fait avancer.
Tu vois les plus grans commancer
Car il n'est nul que mort ne fiere :
C'est piteuse chose y panser.
Tout est forgie dune matiere.

Le tier mort

Entendez ce : que ie vous dis.
Jeunes et vieulx : petis et grans
De iour en iour selon les dis
Des sages : vous alez rnourans
Car vos iours vont diminuans
Pour quoy : tous serez trespasses
Ceulx qui vivez : devant cent ans.
Las : cent ans seront tost passes.

Le quart mort

Devant quil soient cent ans passes
Tous les vivans comme tu dis
De ce monde seront passes
En enfer : ou en paradis
Mon compagnon : mais ie te dis.
Peu de gent sont qui aient cure
Des trespasses : ne de noz dis.
Le fait deulx : git en adventure.

Le mort

Vous qui vivez : certainnement
Quoy quil tarde ainsi danceres :
Mais quant : dieu le scet seulement
Advisez comme vous seres.
Dam pape : vous commenceres
Comme le plus digne seigneur :
En ce point honore seres
Aux grans maistre est deu lonneur

Le pape

Hee : fault il que la dance mainne
Le premier : qui suis dieu en terre
Jay eu dignite souverainne
En leglise comme saint pierre :
Et comme autre mort me vient querre
Encore point morir ne cuidasse :
Mais la mort atous maine guerre
Peu vault honneur que si tost passe

Le mort

Et vous le non pareil du monde
Prince et seigneurgrant emperiere
Laisser fault la pomme dor ronde :
Armes: ceptre : timbre : baniere.
Je ne vous lairay pas derriere
Vous ne povez plus signorir.
Jen maine tout cest ma maniere
Les filz adam fault tout mourir.

Lempereur

Je ne scay devant qui iapelle
De la mort : quansi me demainne.
Arme me fault de pic. de pelle :
Et dun linseul ce mest grant paine
Sur tous ay eu grandeur mondaine :
Et morir me fault pour tout gage.
Quest ce de mortel demainne.
Les grans ne font pas davantage

Danse macabre du Grand-Bâle (Suisse) : L'estropié, 1773


Le mort

Vous faitez lesbay se semble
Cardinal : sus legierement
Suivons les autres tous emsemble
Rien ny vault ebaissement.
Vous avez vescu haultement :
Et en honneur a grant devis :
Prenez en gre lesbatement.
En grant honneur se pert ladvis.

Le cardinal

Jay bien cause de mesbair
Quant ie me voy de cy pres pris.
La mort mest venue assaillir :
Plus ne vestiray vert. ne gris.
Chapeau rouge. chappe de pris
Me fault laisser a grant destresse :
Je ne lavoye pas apris.
Toute ioye fine en tristesse.

Le mort

Venes noble roy couronne
Renomme de force et de proesse
Jadis fustez environne
De grant pompez de grant noblesse :
Mais maintenant toute hautesse
Lesseres : vous neste pas seul.
Peu ares de vostre richesse.
Le plus riche na qun linceul.

Le roy

Je nay point apris a danser
A danse et note si savaige :
Las on peut veoir et penser
Que vault orgueil. force. linaige.
Mort destruit tout : cest son usage :
Aussi tost le grant que le maindre
Qui moing se prise plus est sage.
En la fin fault devenir cendre.

Le mort

Legat vous estez arreste :
Dehors ne ires ie vous affie.
Tenez vous seur. et apreste
Pour mourir. ie vous certiffie
Que mort auiourduy vous deffie.
Entendez y : cest vostre fait.
En vie longue: nul ne si fie.
Le vouloir dieu doit estre fait.

Le legat

Du pape ie avoye puissance
Se ne fut cest empeschement :
Daller comme legat en france.
Mais faire me faut autrement.
Car morir voi : quant. ou comment.
Ne en quel lieu: ie ne say pas.
Mon dieu est : qui le scet seulement.
Mort suit lomme pas apres pas

Le mort

Tresnoble duc : renom avez
Davoir fait par vostre proesse
Par tout : ou vous estez trouvez :
Beaux fais darmes : et de noblesse.
Monstrez cy vostre ardiesse :
Et dansez pour gaigner le pris.
Apres tout homme la mort chasse.
Les grans souvent sont premier pris.

Le duc

De mort suis assailliz tresfort :
Et ne say tour pour me deffendre.
Je vois que la mort: le plus fort.
Comme le fleible : tend a prendre.
Que doy ie faire : lactendre
Pacienmemt. et du bon cueur
A dieu de ses biens grace rendre.
Hault estat nest pas le plus seur.

Le mort

Patriarche pour basse chiere
Vous ne povez estre quitte.
Vostre double crois quaves chiere
Ung aultre aura: cest equite.
Ne pensez plus a dignite :
Ia ne seres pape de rome.
Pour rendre compte este cite.
Folle esperance decoit lomme.

Le patriarche

Bien apercoy que mondain honneur
Ma deceu : pour dire le voir.
Mes ioyes a torne en doleur :
Et que vaut tant donneur avoir.
Trop hault monter nest pas savoir
Haulx estas gaitent gens sans nombre
Mais peu le veulent parcevoir.
A huault monter le faiz encombre.

Danse macabre du Grand-Bâle (Suisse) : La duchesse, 1773

Le mort

Cest de mon droit que ie vous mainne.
A !a dance gent connestable :
Les plus fors come char1emaigne
Mort prent : cest chose veritable.
Rien ny vault chiere espoventable
Ne fortes armes en cest assault
Dun cop iabas le plus estable.
Rien nest darmes quant mort assaut

Le connestable

Iavoye encor intencion
Dassaillir chateau. Forteresse :
Et mener a subiection
En aquerant honneur. richesse.
Mais ie voy que toute proesse
Mort met a bas : cest grant despit.
Tout fuy est ung : doulceur rudesse.
Contre la mort na nul respit.

Le mort

Que vous tires la teste arriere
Archevesque : tire vous pres.
Aves vous peur quon ne vous fiere
Ne doubtez: vous venres apres
Nest pas tousiours la mort empres
Tout homme : et le fuit coste a coste.
Rendre convient debtes. et prestz.
Une fois fault compter a loste.

Larchevesque

Las: ie ne scay ou regarder
Tant suis par mort a grant destroit
Ou fuir ay ie pour moy aider :
Certes qui bien la congnoistroit
Hors de raison iamais nistroit :
Plus ne gerray en chambre paite.
Morir me convient cest le droit.
Quant faire fault cest grant contraite.

Le mort

Vous qui entre les grans barons
Aves eu renom chevalier :
Obliez trompettes. clarons.
Et me suives sans sommellier.
Les dames folies reveillier :
En faisant danser longue piece.
A autre danse fault veillier
Ce que lun fait lautre depiece.

Le chevalier

Or ay ie este autorise
En pleuseurs fais : et bien fame
Des grans. et des petis prise.
Avec ce des dames ame.
Ne oncques ne fus diffame
A la court de seigneur notable :
Mais a ce cop suis tout pasme
Dessoubz le ciel na rien estable.

Le mort

Tantost naurez vaillant ce pic
Des biens du monde. et de nature.
Evesque : de vous il est pic
Non ostant vostre prelature.
Vostre fait git en aventure.
De vos subges faut rendre compte :
A chascun dieu fera droicture.
Nest pas asseur qui trop hault monte.

Levesque

Le cueur ne me peult esioir
Des nouvelles que mort maporte
Dieu vouldra de tout compte oir :
Cest ce que plus me desconforte :
Le monde aussi : peu me conforte
Qui tous a la fin desherite.
Il retient tout : nul rien nemporte
Tout ce passe fors le merite.

Le mort

Avance vous gent escuier
Qui saves de danser les tours.
Lance pourties : et escu hier :
Et huy vous fineres vos iours.
Il nest rien qui ne praigne cours.
Dansez : et panser de fuir.
Vous ne poves avoir secours.
Il nest : qui mort puisse fuir.

Lescuier

Puis que mort me tient en ses las
Aumoins que ie puisse un mot dire.
A dieu deduis : a dieu solas:
A dieu dames plus ne puis rire.
Pensez de lame : qui desire
Repos. ne vous chaille plus tant
Du corps : que tous lesiours empire
Tous fault morir on ne scet quant.

Danse macabre du Grand-Bâle (Suisse) : L'abbesse, 1773


Le mort

Abbe : venez tost : vous fuyez :
Nayez ia la chiere esbaye.
Il convient que la mort suivez :
Combien que moult lavez haye
Commandez a dieu labaye : Que gros et gras vous a nourry.
Tost pourrirez a peu de aye.
Le plus gras est premier pourry.

Labbe

De cecy neusse point envie :
Mais il convient le pas passer.
Las : or nay ie pas en ma vie
Gardez mon ordre sans casser.
Garde vous de trop embrasser
Vous qui vivez au demorant :
Se vous voulez bien trespasser.
On savise tard en mourant.

Le mort

Bailly qui savez quest iustice
Et hault et bas : en mainte guise :
Pour gouverner toute police.
Venez tantost a ceste assise.
Ie vous adiourne de main mise
Pour rendre compte de vous fais
Au grant iuge : qui tout ung prise.
Vu chascun porteras son fais.

Le bailly

Hee dieu : vecy dure iournee :
De ce cop pas ne me gardoye
Or est la chanse bien tornee :
Entre iuge honneur avoye.
Et mort fait ravaler ma ioye :
Qui ma adiourne sans rappel.
Ie ny voy plus ne tour ne voye.
Contre la mort na point dappel.

Le mort

Maistre : pour vostre regarder
En hault : ne pour vostre clergie :
Ne povez la mort retarder.
Cy ne vault rien astrologie.
Toute la genealogie
Dadam qui fut le premier homme
Mort prent : ce dit theologie.
Tous fault mourir pour une pomme

Lastrologien

Pour science ne pour degrez :
Ne puis avoir provision.
Car maintenant tous mes regrez
Sont : morir a confusion.
Pour finable conclusion.
Ie ne scay rien que plus descrive.
Ie pers cy toute advision.
Qui vouldra bien morir bien vive

Le mort

Bourgois hastez vous sans tarder.
Vous navez avoir ne richesse
Qui vous puisse de mort garder.
Se des biens dont eustes largesse :
Aves bien use : cest sagesse.
Dautruy vient tout : a atruy passe
Fol est qui damasser se blesse.
On ne scet pour qui on amasse.

Le bourgois

Grant mal me fait si tost laissier
Rentes : maisons : cens : norritures
Mais pouvres : riches abaissier
Tu faiz mort : telle est ta nature.
Sage nest pas la creature.
Damer trop les biens qui demeurent
Au monde : et font sien de droiture.
Ceulx qui plus ont : plus enviz meurent

Le mort

Sire chanoine prebendez :
Plus ne aures distribucion :
Ne gros : ne vous il acttendez :
Prenez cy consolacion.
Pour toute retribucion
Mourir vous convient sans demeure
Ia ny aurez dilation.
La mort vient quon ne garde leure

Le chanoine

Cecy guere ne me conforte :
Prebende fus en mainte eglise.
Or est la mort plus que moy forte
Que tot en mainne : cest sa guise
Blanc surpelis et amusse grise
Me fault laissier : et a mort rendre.
Que vaut gloire sy tost bas mise.
A bien morir doit chascun tendre

Danse macabre du Grand-Bâle (Suisse) : La reine, 1773

Le mort

Marchant : regardez par deca.
Pleuseurs pays avez cerchie
A pie : et a cheval de pieca :
Vous nen seres plus empeschie.
Decy vostre dernier marchie.
Il convient que par cy passez.
De tout soing seres despeschie.
Tel convoite qui a assez.

Le marchant

Iay este amont et aval :
Pour marchander ou ie povoye.
Par long temps a pie : a cheval :
Mais maintenant pers toute ioye
De tout mon povoir acqueroye :
Or ay ie assez. mort me contraint.
Bon fait aller moyenne voye.
Qui trop embrasse peu estraint.

Le mort

Hommes pluseurs sont chers tenus
Au siecle. et en religion.
Lesquelx touteffois sont venus
De gens de basse condition.
La doctrine et correction
De vous maistre : telx les a fait.
Or mourrez vous : conclusion.
Homme par mort est tost deffait.

Le maistre descole

Grammaire est science sans fable
De toutes autres ouverture :
A ieunes enfens convenable.
Car sans elle : ie vous assure
Que autres sciences nont cure
De entrer en entendement.
Ainsi te veult dieu. et nature.
Par tout il fault commencement.

Le mort

Sur coursier ne cheval de pris
Homme darmes ne monteres
Plus. puis que la mort vous a pris :
Advisez comme vous feres.
Le monde ia tost laisseres.
Ne actendez plus courir la lance
Regardez moy : tel vous seres.
Tous ieux de mort sont a oultrance

Lomme darmes

A dieu le service du roy
Que soloye faire soir. et main.
De mort suis prins en desarroy :
Sans respit iusques a demain.
A cette danse par [a main
Ie suis menez piteusement.
Mort y contrait tout homme humain
Mourir fault: on ne scet comment.

Le mort

Homme darmes plus ne reste :
Allez sans faire resistence.
Cy ne povez rien conqueste.
Vous aussi : homme dastinence
Chatreux : prenes en pacience.
De plus vivre nayez memoire.
Faictez vous valoir a la danse.
Sur tout homme mort a victoire.

Le chartreux

Ie suis au monde pieca mort
Par quoy de vivre ay moing envie
Ia soit que tout homme craint mort
Puis que la char est assouvie :
Plaise a dieu que lame ravie
Soit es cielx apres mon trespas.
Cest tout neant de ceste vie.
Tel est huy : qui demain nest pas.

Le mort

Sergent qui porte cellez mace :
Il semble que vous rebellez.
Pour neant faictez la grimace :
Se on vous greve si appellez.
Vous este de mort appellez.
Qui fuy rebelle il se decoit.
Les plus fort sont tost ravallez.
Il nest fort quaussi fort ne soit.

Le sergent

Moy qui suis royal officier :
Comme mose la mort frapper
Ie fasoye mon office hier.
Et elle me vient huy happer :
Ie ne scay quelle part eschapper :
Ie suis pris deca et dela.
Malgre moy me laisse apper.
Enviz meurt qui appris ne la.

Cimetière de la 2cde chapelle ; Église des Capucins, Rome

Le mort

Ha maistre : par la passeres
Haiez ia soig de vous deffendre
Plus hommes nespoventeres.
Apres moine sans plus actendre
Ou pensez vous : cy fault entendre
Tantost aurez la bouche close.
Homme nest : fors que vent et cendre
Vie domme en moult peu de chose

Le moinne

Iamasse mieulx encore estre
En cloistre et faire mon service
Cest ung lieu devost et bel estre
Or ay ie comme fol. et nice.
Ou temps passe commis maint vice
De quoy nay pas fait penitance
Souffisant. dieu me soit propice
Chascun nest pas ioyeux qui danse

Le mort

Usurier. de sens desrugles
Venez tost : et me regardez.
Dusure estes tant aveugles :
Que dargent gaigner tout ardez
Mais vous en serres bien lardez
Car le Dieu qui est merveilleux
Na pitie de vous : tout perdez
A tout perdre est cop perilleux.

Lusurier

Me convient il si tost morir :
Ce mest grant peine et grevance
Et ne me pourroit secourir
Mon or mon argent ma chevance
Ie dois morir la mort mavance
Mais il men desplait somme toute
Quest ce de male acoustumance
Tel a beaux yeux qui ne voit goute

Le povre homme

Usure est tant maulvaiz pechie
Comme chascun dit : et raconte.
Et cest homme : qui approchie
Se sent de la mort nen tient conte.
Mesme largent : quen ma main compte
Encore a usure me preste.
ll devra de re tour au compte.
Nest pas quitte qui doit de reste.

Le mort

Medicin a tout vostre ozinne
Voies vous icy quamander :
Iadis sceutes de medicine
Asses pour povoir commander.
Or vous vient la mort demander.
Comme autre vous convient morir :
Vous ny poves contremander.
Bon mire est : qui se scet guerir.

Le medicin

Long temps a quen lart de phisique
Iay mis toute mon estudie.
Iavoye science et pratique.
Pour guerir mainte maladie.
Ie ne scay que ie contredie
Plus ne vault herbe ne racine :
Nautre remede quoy quon die.
Contre la mort na medicine.

Le mort

Gentil amoreux et trique
Qui vous cuidez de grant valeur :
Vous estez pris la mort vous pique.
Le monde lares a doleur.
Troup lavez amer : cest foleur :
Et a morir peu regarder.
Ia tost vous changeres coleur.
Beaute nest quimage farder.

Lamoreux

Helas : or ny a il secours
Contre mort a dieu amourettes :
Moult tost va ieunesse a decours.
A dieu chapeau, bouques fleuretes
A dieu amans et pucelettes :
Souvienne vous de moy souvent.
Et vous mirez se sages estes :
Petite plue abat grant vent.

Le mort

Advocat sans long proces faire
Venez vostre cause plaidier.
Bien aves sceu les gens actraire
De pieca : non pas duy ne dier.
Conseil si ne vous peut aidier.
Au grant iuge vous fault venir
Savoir le deves sans cuidier.
Bon fait iustice prevenir.

Cimetière de la 4ème chapelle ; Église des Capucins, Rome

Ladvocat

Cest bien droit que raison se face
Ne ie ny scay mectre deffence :
Contre mort na respit ne grace :
Nul napelle de sa sentence.
Iay eu de lautruy quant ie y pence
De quoy ie doubte estre repris.
A craindre est le iour de vengence
Dieu rendra tout a iuste pris.

Le mort

Ménestrel qui danses et notes
Savez : et avez beau maintien
Pour faire esioir sos. et sotes :
Quen dicte vous. alons nous bien
Monstrer vous fault puis quon vous tien
Aux autres cy : ung tour de danse
Le contredire ny vault rien
Maistre doit monstrer sa science.

Le menestrel

De danser ainsi neusse cure
Certes tresenviz ie men mesle :
Car de mort nest painne plus dure
Iay mis sub le banc ma vielle.
Plus ne corneray sauterelle
Nautre danse : mort men retient.
If me fault obeir a elle.
Tel danse a qui a cueur nen tient.

Le mort

Passes cure sans plus songer :
Ie sens questez abandonne.
Le vif le mort folies menger
Mais vous seres aux vers donne.
Vous fustez iadis ordonne
Miroer dautruy. et exemplaire.
De vous fais seres guirdonne.
A toute painne est deu salaire.

Le cure

Veulle ou non il fault que me rende
Il nest homme que mort nassaille.
Hee : de mes parrosiens offrende
Nauray iamais : ne funeraille.
Devant le iuge fault que ie aille
Rendre compte las doloreux :
Or ay ie grant peur que ne faille.
Oui dieu quitte bien est eureux

Le mort

Laboreur qui en soing et painne
Avez vescu tout vostre temps :
Morir fault cest chose certainne
Reculler ny vault ne contens :
De mort deves estre contens
Car de grant soussy vous delivre
Approchez vous ie vous actens
Folz est qui cuide tousiour vivre.

Le laboureur

La mort ay souhaite souvent
Mais volontier ie la fuisse :
Iamaisse mieulx fit pluye ou vent
Estre es vignes ou ie fouisse :
Encor plus grant plaisir y prisse
Car ie pers de peur tout propos.
Or nest il qui de ce pas ysse.
Au monde na point de repos.

Le mort

Promoteur venez a la court
Tantost : et soyez advise
Respondre le long. ou le court.
Du cas qui vous est impose.
Cest : car vous este accuse
Navoir pas tousiours iustement
De vostre office bien use.
En mal fait git amendement.

Le promoteur

leusse demain receu six solz
Dun homme qui est en sentence
Pour consentir qui fut absoulz
Se ieusse ester a laudience.
Plus ne me fault penser en ce
Mort ma soupriz en son embuche
Prandre me fault en pacience
Bien charie droit qui ne trebuche

Le mort

En soussy. peine. et traveil.
Avez garder prisons geolier
Souvent on vous a fait resueil
Cuidanz dormir. ou sommellie.
Vous nen serez plus traveillie
Venez danser sans plus de plait
Cy est : ou vous devez veillier
Il fault morir quant a dieu plait.


Le geolier

Ie tenoye de bons prisonniers
Desquelx iatendoye recepvoir
Plenne ma bourse de deniers
Pour despence. et pour avoir
Les garder. et fait mon devoir
De les penser bien loyalment.
Quant on meurt on doit dire voir.
Dieu scet qiu dit vray. ou qui ment.

Le mort

Pelerin : vous avez assez
Aller en pelerinage.
Travelle estez : et lassez.
Bien appart a vostre visage.
Cest cy vostre derrenier vouage
Que bon vous soit faictez devoir
La fin coronne tout ouvrage.
Selon euvre payement avoir.

Le pelerin

En tout temps yvers et este.
Vovager estoit mon desir.
Or suis ie par mort arreste
Ien loue dieu : quant cest son plesir.
Et luy prie qui me doint Loisir
De tous mes peches confesser :
Pour mon ame en repos gesir.
Ung iour me faloit tout lesser.

Le mort

Bregier : dansez legierement.
Icy nest pas quon doit songer.
Vos brebis sont certainnement
Maintenant en atruy danger :
Car vous serez pour abreger
Tost passez. plus ne povez vivre
Lestat de lomme est tost changer.
Qui meurt de maitz malx en delivre

Le bergier

Las : or demeurent en grant danger
Mes brebis aux champs sans pastour
Loups effames pour les menger
A ceste heure sont alentour.
Ou pour leur faire acun faulx tour
Loups sont malvais de leur nature.
Son crye il fuent puis font retour.
A tous vivans la mort court sure.

Le mort

Faicte voye vous aves tort
Sus bergier. Apres cordelier
Souvent aves preschie de mort
Si vous devez moing merveillier.
Ia ne sen fault esmay ballier
Il nest si fort que mort nareste.
Si fait bon a morir veillier.
A toute heure la mort est preste

Le cordelier

Quest ce : que de vivre en ce monde.
Nul homme a seurte ny demeure :
Toute vanite y habonde
Puis vient la mort qua tout court sure
Mendicite point ne me assure
Des mesfais fault paier lamende.
En petite heure dieu labeure.
Sage est le pecheur qui samende.

Le mort

Petit enfent na guere ne :
Au monde auras peu de plaisance.
A la danse seras mene
Comme autre. car mort a puissance
Sur tous : du iour de la naissance
Convient chascun a mort offrir :
Fol est qui nen a congnoissance.
Qui plus vit plus a asouffrir

Lenfant

A. a. a. ie ne scay parler
Enfant suis : iay la langue mue.
Hier naquis : huy men fault aller
Ie ne faiz que entree et yssue.
Rien nay mesfait. mais de peur sue
Prendre en gre me fault cest le mieulx
Lordenance dieu ne se mue.
Ainsi tost meurt ieune que vieulx

Le mort

Cuidez vous de mort eschapper
Clerc esperdu pour reculer :
Il ne sen fault ia defripper.
Tel Guide souvent hault aller
Quon voit acop tost ravaller
Prenez engre : alors ensemble
Car rien ny vault le rebeller
Dieu punit tout quant bon lui semble

Le clerc

Fault il qun ieusne clerc servant
Oui en service prent plesir
Pour cuider venir en avant
Meure si tost : cest desplesir
Ie suis quitte de plus choisir
.Aultre estat. il fault quainsi danse
La mort ma pris a son loisir.
Moult remaint de ce que fol pense

Le mort

Clerc : point ne faut faire refus
De danser : faicte vous valoir.
Vous nestez pas seul : leves sus
Pour tant mois voz endoit chaloir
Venez apres cest mon voloir
Homme nourry en hermitaige :
Ia ne vous en convient doloir.
Vie nest pas leur heritaige.

Le hermite

Pour vie dure ou solitaire
Mort ne donne de vivre espace.
Chascun le voit si sen fault taire
Or reqer dieu qun don me face
Cest que tous mes pechies efface
Bien suis contens de tous ses biens
Desquelx ia use de sa grace.
Qui na souffisance il na riens

Le mort

Cest bien dit : ainsi doit on dire
Il nest qui soit de mort delivre.
Qui mal vit il aura du pire:
Si pense chacun de bien vivre.
Dieu pesera tout a la livre
Bon y fait penser soir et main :
Meilleur science na en Livre.
Il nest qui ait point de demain

Le mort

Aux bonnes gens de villages
Avez mengez la poulalle.
But le vin : faitz grans oultrages
Sans paier denier ne maille.
A tout vostre chappeau de paille
Hallebardie : venez avant
Et danseres vaille que vaille
Autant vault dernier que devant.

Le hallebardie

Ie crainz passer le passage
De mort. quat bien ie y regarde :
Qui ne le craint : nest pas sage.
Rien ny vauldroit ma hallebarde.
Ne feroit pas une bombarde.
Se ie me cuidoye deffendre.
Chascun se tienne sus sa garde.
Quant mort assaut il se faut rendre.

Le mort

Que si dansez nest que usage
Mon amy sot : bien vous advient
De y danser comme plus sage
'tout homme danser y convient
Lescripture si men souvient
Dit en ung pas : qui bien lentend
Lomme sen vad point ne revient
Chascune chose a sa fin tend

Le sot

Or sont maintenant bons amis
Et dansent icy dun accord :
Pleuseurs qui estoient ennemis
Quant ilz vivoient et en discord
Mais fa mort les a mis dacord
La quelle fait estre tout ung
Sages et sotz : quant dieu lacord
Tous mors sont dun estat commun.


Cimetière de la 5ème chapelle ; Princesse Barberini ; Église des Capucins, Rome




Découvrez Andrews Sisters!

5 commentaires:

mouetterieuse a dit…

Contrairement à ce qu'on pense généralement, la mort est très brève et ne dure que le temps de mourir. Après, nous n'y sommes plus. Comme nous n'étions pas avant de naître.

elbereth a dit…

Exusez, je me dirige directement vers les pirates, vu que je sais que vous avez passé un peu de votre temps avec des pirates... héhé
Mais la déco en crâne, c'est sympa quand meme... Parfaitement exquis !

lukaskran a dit…

À se triturer la morale quant à la provenance de certaines phalanges...

M. Ogre a dit…

...
La mouette : un beau songe à faire entre deux néants, tout de même ...

Ma Noble Fée : Pour vous, je veuxxx bien être tous les pirates du globe...

Lucas : Comment tu sais ça, toi ???

lukaskran a dit…

J'ai eu démonstration du fonctionnement de certains saints osselets, dirons-nous ^^