jeudi 27 mars 2008

Là où on s'aime, il ne fait jamais nuit...

Gian Lorenzo Bernini (Naples, 1598 – Rome, 1680) ; L'enlèvement de Proserpine, 1621-1622. (Détail)


Is it thy will thy image should keep open
My heavy eyelids to the weary night ?
Dost thou desire my slumbers should be broken,
While shadows like to thee do mock my sight ?
Is it thy spirit that thou send'st from thee
So far from home into my deeds to pry,
To find out shames and idle hours in me,
The scope and tenure of thy jealousy ?
O, no ! thy love, though much, is not so great;
It is my love that keeps mine eye awake,
Mine own true love that doth my rest defeat,
To play the watchman ever for thy sake.

For thee watch I whilst thou dost wake elsewhere,
From me far off, with others all too near.

Est-ce ton voeu que ton image tienne ouverte
Ma paupière pesante en l'ennuyeuse nuit ?
Est-ce aussi ton désir que sommeil me déserte
Lorsqu'une ombre de toi me trompe et me poursuit ?

Est-ce encor ton esprit que de toi tu détaches
Pour venir épier si loin mes actions,
Pour démasquer en moi la paresse, les taches
Qui de ton coeur jaloux sont les inventions ?

Ton amour, s'il est grand, n'a point d'ardeur si vive ;
C'est mon amour à moi qui garde ouverts mes yeux ;
Mon véritable amour qui de repos me prive
Et qui s'est fait veilleur afin de t'aimer mieux.

Pour toi je veille et toi veilles aussi sans doute
Loin de moi, mais d'autrui trop près, je le redoute.

William Shakespeare ( 1564-1616) ; Sonnets, LXI.

3 commentaires:

link886 a dit…

Ah ben heureusement que l'Ogre doit manger des enfants dans son sommeil....

Avec une demoiselle comme elle, peu de chance que la nuirt soit ennuyeuse !!

mouetterieuse a dit…

En cas d'insomnie persistante, 1/2 comprimé de Zopiclone le soir au coucher (à consommer avec modération)

PetitChap a dit…

... J'aime particulièrement l'érotisme de l'illustration ... miam miam !!